A vos agendas : stage sur les pédagogies alternatives!

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Les pédagogies alternatives ont traditionnellement un rôle d'émancipation et s'opposent au modèle néo-libéral. Cependant, certaines de ses méthodes connaissent un regain d’intérêt, sont réappropriées et détournées de leur objectif d'émancipation. A l'école, les pédagogies alternatives sont sujet de défiance ou au contraire éveil l’espoir de nouvelles pratiques dans les classes. Nous nous interrogerons sur le rôle des pédagogies alternatives, pourquoi et comment les utiliser, au travers de conférences et d’ateliers les 22 et 23 novembre 2018 à la salle des provinces d'Etouvie.

CONFERENCES ET DEBATS

Freinet : de Karl Marx à Bill Gates.

Cet exposé reviendra sur les fondements politiques de la pédagogie Freinet en tant que pédagogie révolutionnaire. Puis, pourquoi aujourd’hui le patronat récupère certaines techniques, présentant une réelle menace pour les mouvements dits de « pédagogies alternatives ». En réaction, les courants de « pédagogies radicales » se développent avec pour volonté de combattre l’école réactionnaire de Blanquer et l’école néolibérale du patronat.

par Gauthier Tolini (ICEM 93 ; Institut bell hooks - Paulo Freire) et Rachel Salem (pédagogies radicales- Paulo Freire).

Une école Freinet en pratique

Pédagogie alternative pratiquée depuis 1920: quelles ruptures pour une éducation populaire et émancipatrice? Quelles alternatives éducatives et politiques hier et aujourd'hui? L'exemple de l'école expérimentale de Mons en Baroeul: effets et fonctionnement d'une pédagogie alternative en milieu populaire.

par Sylvain Hannebique (Coop'ICEM, co-fondateur de l'école expérimentale de Mons en Baroeul)

ATELIERS

Sur les deux jours, des ateliers seront proposés pour re-découvrir les pédagogies de Freinet, du GFEN ou venues de l'éducation populaire.

Comment ça marche ?
SUD éducation Somme ou la fédération procède à la déclaration du stage auprès du rectorat et du DASEN, éventuellement aussi des présidents du conseil régional et du conseil départemental pour les agent-e-s qui dépendent de ces collectivités. Pour demander un congé de formation syndicale, il faut envoyer une demande au/à la DASEN dans le premier degré, à la rectrice/au recteur dans le second degré, en passant pas la voie hiérarchique. Le mieux est d'envoyer la demande par mail depuis la boîte académique. Il faut que la demande soit parvenue dans les services du rectorat 1 mois avant le début du stage syndical. Chacun-e dispose de 12 jours dans l'année. Ces journées ne sont pas fractionnables : il faut demander des journées entières.


Et après ?
L'administration a 15 jours pour répondre. Si elle n’a pas répondu 15 jours avant le début du stage, le décret est clair : elle a accepté votre congé. De plus, comme elle a un mois pour organiser le service, elle peut difficilement invoquer la nécessité de service pour refuser votre congé : si jamais vous subissiez des pressions, n'hésitez pas à contacter SUD éducation.

 

C'est le début de l'année, il est temps d'adhérer ou de réadhérer !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

L’activité du syndicat réclame des moyens : Sud ne vit que des cotisations. L’essentiel de nos ressources est dépensé pour diffuser nos idées, pour informer les personnels et pour des actions de solidarité.

Lire la suite de C'est le début de l'année, il est temps d'adhérer ou de réadhérer !

Public, privé : le 9 octobre, en grève et dans la rue, construisons le rapport de force !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Suppressions d’emplois massive dans les services publics, baisses de salaire, statut détricoté, destruction des CHSCT, mise en place de la machine de tri social Parcoursup, réformes rétrogrades du système éducatif… Le gouvernement se lance dans une offensive d’ampleur. Le 9 octobre, à l’appel de Solidaires, la CGT, FO, construisons le rapport de force pour imposer le progrès social !

Suppressions massives d’emplois dans la fonction publique

Le gouvernement envisage la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires. Il compte les supprimer dans la santé, dans les services des impôts… mais aussi bien sûr dans l’éducation nationale. Le nombre de postes aux concours est en chute libre. Les réformes du lycée professionnel conduiront à la suppression de nombreux enseignements de spécialité, aboutissant à 7 000 suppressions de postes. Au lycée, la mutualisation des enseignements, les projets de visio-conférence pour les options et la semestrialisation des cours projetée aboutira à de nombreuses suppressions de postes.

Dégradation des conditions de travail

Le dédoublement des classes en CP et CE1 en REP, les effectifs actuels ne le permettent pas. Nos conditions de travail, qui n’ont déjà rien de brillant, seront amenées à se dégrader encore dans une période de hausse démographique. Et le gouvernement s’apprête à essayer de dissoudre les commissions paritaires et surtout les CHSCT !

Une université du tri social

Dans les universités, Parcoursup s’est donné à voir pour ce qu’il est : une machine à broyer les étudiant-e-s, en particulier des classes populaires. Avec Parcoursup, qui a réussi l’exploit d’être moins efficace encore qu’APB, les mécanismes de ségrégation sociale ont joué à plein. Le projet politique est clair : empêcher les classes populaires d’entrer à l’université.

Un gouvernement qui s’attaque aux fonctionnaires

Nos salaires stagnent depuis plusieurs années malgré le retour de l’inflation. Les augmentations de salaires promises par le gouvernement précédent en échange d’une acceptation par certaines organisations syndicales du PPCR ont été renvoyées aux calendes grecques. La seule réponse du gouvernement à la revendication d’une augmentation générale des salaires consiste à individualiser encore davantage les rémunérations en visant à faire du « mérite » un facteur déterminant dans le cadre du plan « Action publique 2022 ».

Un gouvernement qui privatise le service public ferroviaire, qui organise la faillite des universités, détruit les hôpitaux, bref : qui s’attaque à tous les services publics, est un gouvernement qui s’en prend à tous les mécanismes de solidarité.

Précarité au programme

Alors que près d’un personnel sur cinq est contractuel dans les trois fonctions publiques, cette proportion est d’un personnel sur quatre dans l’Éducation nationale, conséquence logique du refus d’ouvrir des postes au concours. Ces contrats sont bien souvent d’une durée inférieure à l’année scolaire, ce qui plonge les collègues dans la plus grande précarité. À travers les recrutements d’AESH uniquement en CDI et sans concours, le ministère expérimente à grande échelle des dispositifs de destruction du statut de fonctionnaire.

Il faut faire cesser ces attaques. Le 9 octobre, par une grève interprofessionnelle, défendons un service public de qualité, le statut de fonctionnaire, nos conditions de travail, exigeons des augmentations de salaire. Remettons le progrès social au goût du jour.

Fil RSS des articles de cette catégorie