Confinement : pour les services publics et la solidarité

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Ce lundi 16 mars, le président Macron a annoncé mettre en œuvre le confinement sur tout le territoire français. Les déplacements devront être réduits mais restent permis pour les salarié-e-s qui ne peuvent basculer en télétravail. Si cette disposition reste en l’état il s’agirait d’une mesure de classe qui exposerait des centaines de milliers de salarié-e-s et toutes celles et ceux avec qui ils et elles seront en contact. Dans une telle période, ce sont les fonctions essentielles qui doivent être maintenues, en garantissant des mesures de protections pour ces travailleurs et travailleuses.

Si des mesures permettant d’enrayer la pandémie sont nécessaires, elles doivent se prendre dans le respect de la démocratie. Des lois seront prises en urgence, donnant le droit au gouvernement de légiférer par ordonnance. La crise sanitaire ne doit pas induire la suspension de l’état de droit. La rhétorique guerrière du président ainsi que l’appel à l’Union nationale n’est pas à ce titre pour nous rassurer. Nous serons vigilant-e-s quant au respect des libertés publiques et des droits fondamentaux. Nous serons également vigilant-e-s quant aux restrictions concernant les droits et garanties des fonctionnaires. Par ailleurs, partout en solidarité, des enseignant-e-s se sont par exemple porté-e-s volontaires pour assurer l’accueil des enfants des soignant-e-s.

Le président a annoncé que les projets de loi seraient suspendus et notamment sur la réforme des retraites. Il a fallu une crise sanitaire pour suspendre une réforme massivement contestée depuis plusieurs mois par la population, ce qui est le minimum dans la période. Une fois la crise sanitaire surmontée, il nous restera à poursuivre notre combat contre la politique de casse sociale et pour imposer des choix de sociétés plus justes et plus sûrs pour l’avenir.

Dans l’éducation, aucune nouvelle annonce n’est venue modifier ce que nous savions déjà : fermeture des écoles, collèges, lycées et universités jusqu’à nouvel ordre, et service d’accueil pour les enfants de personnels indispensables au système de santé. Nous dénonçons toujours les conditions anxiogènes dans lesquelles cette mesure a été mise en place durant les derniers jours. Nous revendiquons toujours qu’aucun personnel n’ait à se rendre sur son lieu de de travail pour rien, et demandons que des conditions sanitaires préservant la santé des personnels soit mises en place pour celles et ceux qui choisiront de prendre en charge les enfants des soignant-e-s. En ce qui concerne l’enseignement à distance et le télétravail, les personnels ont pu constater ce jour le fait que rien n’était prêt. Au-delà, pour SUD éducation, l’urgence n’est pas à la mise en œuvre précipitée et hasardeuse du télétravail, mais à la préservation de la santé des personnels et plus largement de la population.

Le président fait mine de découvrir l’importance du service public, de santé en particulier, dans l’effort d’endiguement de l’épidémie. C’est un scandaleux jeu de dupe pour un homme qui a consacré sa carrière notamment politique au démantèlement de ces mêmes services publics au profit des capitalistes. Les 300 milliards mis sur la table pour sauver les entreprises montrent que de l’argent, il y en a, et il aurait dû servir aux services publics, notamment de santé, bien plus tôt.

S’il faut “tirer toutes les conséquences” de cette période, comme le dit Macron, voici les nôtres. La crise épidémique montre les limites du système capitaliste, de la mondialisation, ainsi que les échanges de marchandises. Il montre la faillite d’un système vorace dévorant les services publics, l’écosystème et les solidarités.

Fermeture des écoles, collèges, lycées, et universités : SUD éducation agit pour les droits et la santé des personnels et des élèves

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Ce jeudi 12 mars, Emmanuel Macron a prononcé un discours dans lequel il a annoncé la fermeture à compter de lundi des écoles, collèges, lycées, et universités.

Une fois de plus le ministre Blanquer qui déclarait dans les médias encore ce matin qu’une fermeture générale des établissements était à exclure est désavoué. 

Pour SUD éducation, l’enjeu est aujourd’hui pour les personnels de garantir le risque minimum, dans le cadre du respect de leurs droits. À ce titre, l’égalité de traitement des personnels doit être garantie sur tout le territoire. Or, la sollicitation des personnels à venir participer à des réunions au sein des écoles et établissements est à géométrie variable dans les départements où cette fermeture est déjà mis en œuvre : elle n’apporte rien en terme d’accueil des élèves, mais expose une partie des personnels à des risques auxquels la décision de fermeture entend pourtant les faire échapper. 

Surtout, SUD éducation refuse catégoriquement que le télétravail puisse être imposé à la va-vite et en dehors de tout cadre réglementaire. De nombreux personnels seront amenés à s’occuper de leurs propres enfants : la lourdeur de la prise en compte des situations individuelles par l’administration risque d’être incompatible avec le respect de leurs obligations familiales. Surtout, il est inacceptable que le virus soit un effet d’aubaine pour le ministre qui entend, dans son projet d’école, œuvrer toujours plus à la dématérialisation des enseignements et à l’opportunité que cela représenterait en termes de suppressions de postes. Le virus ne saurait être le cheval de Troie de l’enseignement à distance. SUD éducation rappelle à ce titre, de la même manière qu’elle l’a fait au ministère vendredi 6 mars, que le télétravail n’est aucunement obligatoire sur le plan réglementaire, et encourage les personnels qui le souhaitent à ne pas accepter des consignes qui iraient dans ce sens. 

Ce soir dans son discours, le président Macron a semblé tomber des nues et découvrir que le système de santé, et plus généralement, les services publics, doivent échapper au marché pour protéger au mieux la population. Il s’agit évidemment d’une posture, tenue par un homme dont la véritable politique s’est inscrite dans la droite ligne de tous ses prédécesseurs : démantèlement des services publics, du système de protection sociale, privatisations au profit des capitalistes. Son discours ne trompe personne : la crise économique et sanitaire qui s’annonce comptera évidemment ses victimes dans les classes populaires. Les services publics et la protection sociale constituent le meilleur rempart, et ce gouvernement comme les précédents ont entrepris sans relâche de les détruire. Le silence d’Emmanuel Macron sur la contre-réforme des retraites qui aurait pour conséquence si elle était mise en œuvre de plonger dans la pauvreté des millions de personnes est à cet égard éloquent. Le modèle du capitalisme mondialisé montre ici crûment ses limites. Il est urgent de mettre un terme au productivisme effréné ainsi qu’à ses corollaires, la circulation toujours plus intense et incontrôlée des marchandises et les crises écologiques. 

Enfin, SUD éducation sera vigilant à ce que la pandémie en cours ne serve pas de prétexte à la mise en cause des libertés publiques. À cet égard, il n’est pas acceptable que les limites imposées à l’expression démocratique du mouvement social n’aient pas leur pendant du côté de l’Assemblée nationale et du Sénat : le débat parlementaire sur le projet de réforme des retraites doit être évidemment immédiatement suspendu. C’est ce qu’exige SUD éducation, avec son Union syndicale Solidaires et l’intersyndicale interprofessionnelle CGT-FO-FSU-Solidaires-UNL-MNL-FIDL-UNEF, qui revendiquent toujours le retrait pur et simple du projet de loi.

49.3 = Passage en force, on ne l'acceptera pas !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Face à l'obstination du gouvernement, l'intersyndicale a appelle à manifester devant les préféctures et sous-préféctures le mardi 3 mars 2010.

Rassemblement à Abbeville mardi 3 à 12h devant la sous-préfecture

Amiens : Rassemblement à 18h devant la mairie https://www.facebook.com/events/193796388559548

Arras : 18h devant la préfecture

Jeudi 5 Mars

  • journée de mobilisation des étudiants/profs
  • 14h30 Rassemblement devant la mairie d'Amiens
  • 17h - AG Fac d'art

Samedi 7 Mars

Dimanche 8 Mars

Mardi 10 Mars

  • 10h30 Abbeville - diffusion au pole emplois
  • 12h30 Abbeville - distribution aux usines (Valéo et Verreries)

Jeudi 12 Mars

  • 8h Abbeville - diffusion de tracts au centre d'appels 4 rue de l'isle
  • 10h Abbeville - diffusion de tracts dans les boites aux lettres
  • 17h30 Abbeville - Rassemblement devant la mairie pour action speciale contre le 49.3 et la réforme des retraites

Samedi 14 Mars

Mercredi 18 Mars

  • 16h30 Abbeville manifestation 16h30 bd Vauban

Mardi 31 Mars

 

Tant qu’il le faudra - Actions et manifestations pour préparer le 31 mars !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Mercredi 4 Mars

  • 8h30 Abbeville diffusion de tracts et point info devant le pole emploi

Vendredi 6 Mars

  • 9h Abbeville distribution de tracts devant les bureaux de poste

Jeudi 5 Mars

  • journée de mobilisation des étudiants/profs
  • 17h - AG Fac d'art

Samedi 7 Mars

Dimanche 8 Mars

Samedi 14 Mars

Mercredi 18 Mars

  • 16h30 Abbeville manifestation et réunion publique 16h30 bd Vauban

Mardi 31 Mars

 

Fil RSS des articles de ce mot clé